Journal de notre entreprise

23 août 2018

ET LE SI LE MARKETING S’APPLIQUAIT AUSSI AUX FIRMES JURIDIQUES

Nous connaissons tous les 4P du Mix-Marketing ; Produit, Prix, Promotion, Prestation de service et si ce principe s’appliquait aussi à la profession juridique. Le Produit englobera le recrutement des bonnes personnes, la gamme de services qu’offre le cabinet, la gestion des processus. Le Prix lui va correspondre à la facturation de vos services, comme les taux honoraires ou les frais fixes. La Promotion quant à elle fera appelle aux supports médiatiques connus notamment la publicité, les médias sociaux, les relations publiques, les séminaires ou autres. La Prestation en revanche est complexe du fait qu’elle représente les canaux de distribution.  Longtemps négligée par les firmes car ne s’agissant pas d’acheminer un produit  physique vers le client cet aspect sera réapproprié par les cabinets juridiques car d’un point de vue stratégique, la prestation de service peut être le meilleur moyen d’avoir de l’influence sur l’expérience client. Ainsi la prestation de service englobera donc la portée géographique de la pratique, la technologie utilisée pour communiquer ou échanger des documents. En améliorant ce point là, les firmes juridiques gagneraient des points auprès des clients. D’ailleurs, selon l’expert en marketing Sally J-Schmidt « quand les clients se plaignent du prix c’est souvent parce qu’ils ont été déçus par la prestation de service ».

Fotolia_12236193_M-300x225

 

 

 

 

L’objectif final de toute entreprise reste sensiblement le même : faire un maximum de chiffre d’affaires tout en attirant de nouveaux clients. En amont de cet objectif, il est aujourd’hui indispensable de fidéliser ses anciens clients tout comme les nouveaux qui ont été acquis.

Ces derniers se trouvant au cœur même du marketing, il serait donc intéressant de savoir comment les conquérir, mais également de les fidéliser.

Comment conquérir de nouveaux clients ?

Une nouvelle année qui commence est toujours synonyme d’un nouveau défi à relever pour son entreprise ou sa startup… afin de conquérir de nouveaux clients. La startup étant encore limitée sur le plan financier, il est nécessaire de trouver des astuces adaptées à votre budget limité.

C’est pourquoi on dit toujours qu’il est également important de savoir à quel moment communiquer pour sa startup quand les restrictions budgétaires arrivent rapidement.

1. Tirez profit du marketing viral en prenant soin de satisfaire vos clients. En effet, un client satisfait le fait savoir à deux personnes. Ils serviront ainsi de vecteur de communication gratuit pour parler en bien de votre entreprise auprès de leurs proches.

2. Utilisez les réseaux sociaux sans pour autant créer une page sponsorisée. Le secret réside dans la qualité du ciblage de votre action de communication et l’utilisation de votre réseau personnel pour accroître la visibilité de votre société.

3. Démarquez vos actions des autres, en ayant recours aux nouvelles thématiques introduites en marketing telles que le buzz marketing ou la guérilla pour faire parler de votre entité à petit prix.

4. N’ayez pas peur de donner, car rien n’attire plus les consommateurs que la gratuité. Si on désire créer un besoin chez les consommateurs, souvent, on est obligé de tester le produit ou le service qu’on pense leurs proposer.

Comment reconquérir les clients perdus ?

Si vous avez perdu des clients, c’est certainement qu’ils n’ont pas été satisfaits de la qualité de vos produits et/ou de votre prestation, ou qu’ils ont trouvé mieux chez vos concurrents.

Il n’y a pas de quoi paniquer pour autant. Ayez le réflexe de vous constituer une base de données client. Elle vous servira à garder contact avec vos clients, mais aussi à mesurer leur niveau de satisfaction.

Vous serez ainsi en mesure de les reconquérir, selon le feedback qu’ils vous auront donné.

Comment remercier les anciens en fin d’année ?

Pour remercier vos clients de leur fidélité, vous pourriez leur offrir des goodies. Peu importe la valeur de votre cadeau, sachez que le plus important pour eux est de sentir que vous leur êtes en quelque sorte redevable, que votre société ne serait pas là sans eux.

Un message simple « Merci d’avoir partagé cette belle aventure avec nous ! » dans vos actions de communication peut parfois faire toute la différence. Sachez également comment engager vos clients pour Noël à l’aide des jeux-concours ou de toute autre forme de fidélisation au travers d’internet.

Bien choisir ses outils de fidélisation

S’il est important de fidéliser ses clients, c’est qu’il coûte quatre fois plus cher de conquérir un nouveau client que d’en fidéliser un.

Parmi les techniques de fidélisation, la plus efficace est de recourir aux cartes de fidélité.

Posté par archipelcm à 09:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 août 2018

ACTUALITÉ: LES TÉLÉCOMS ET LES TIC EN PROGRÈS

Suite à deux ans de travaux et de collaborations, le Ministère des Postes et Télécommunications et l’Institut National de la Statistique viennent de doter notre pays d’un outil de grande envergure qui va révolutionner l’univers numérique. Ce partenariat technique a abouti à la conception et la mise en place d’un système d’information statistique. Fruit du plan stratégique « Cameroun Numérique 2020 », il devrait booster la contribution annuelle du secteur du numérique et télécommunication de 300 milliards à l’horizon 2020. L’objectif visé est d’accroître l’accès quantitatif et qualitatif et à moindre coût aux services de communications électroniques sur l’ensemble du territoire national. L’outil stratégique présente les indicateurs macroéconomiques du domaine des télécommunications. Ainsi cet outil qui se révèle être un instrument privilégié pour ce secteur porteur va permettre au Cameroun d’amorcer le train de la modernité en vue de réaliser ses ambitions à l’horizon 2035.

 

Attendu en juin, c’est finalement ce mois d’août que la troisième commission d’inspection de la CAF est arrivée au Cameroun pour auditer l’état d’avancement des préparatifs de l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. Si les deux précédentes commissions concernaient les infrastructures sportives, hôtelières et aéroportuaires, celle-ci porte sur l’ensemble des volets spécifiques concernés par la compétition notamment les volets infrastructurels et événementiels.  Le premier  ministre camerounais en prélude de cette  visite a opéré une descente sur des différents sites afin de s’assurer que les recommandations des précédentes missions de l’instance continentale ont bien été intégrées. L’inspection s’achèvera le 14 août 2018. Le Cameroun reste déterminé et mobilisé pour relever ce défi d’organiser une CAN de football.

67327807

 

 

Bourse de l'emploi 2018

Après le succès des éditions précédentes, le Fond National de l'Emploi (FNE) organise la huitième édition de la Bourse de l'Emploi au cours de la FIAC (Foire Internationale des Affaires et du Commerce de Douala) qui se déroulera du 26 Mars au 08 Avril 2018 à l'esplanade du Club Camtel de Bépanda.

La bourse de l'Emploi est une opportunité offerte aux chefs d'entreprises de rencontrer des potentiels collaborateurs pétris de talents et de compétences, de passer des entretiens sur place, de recruter le personnel et/ou de communiquer sur leurs entreprises.

Vous êtes à la recherche des opportunités d'emploi, alors ne ratez sous aucun prétexte la première journée de la Bourse de l'emploi ce Lundi 26 Mars 2018 à partir de 8h au sein de l'espace alloué à la FIAC, Club Camtel de BEPANDA.

Dans un cadre agréable et prestigieux aménagé par le FNE, vous pourrez postuler aux multiples offres d'emploi disponibles dans les domaines variés et rencontrer des chefs d'entreprises.

Venez Muni de votre CV actualisé et bien présenté.

Posté par archipelcm à 09:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mars 2018

ACTUALITÉ: Cameroun : Jean William Sollo, Bekolo Ebe et Ahina Ohandja détenus à Kondengui

Cameroun : Jean William Sollo, Bekolo Ebe et Ahina Ohandja détenus à Kondengui

Opération épervier. L’ancien directeur général de la Camwater,  l’ancien recteur de l’université de Douala  ainsi qu’un ancien membre du gouvernement ont été placés mercredi soir sous mandat de détention provisoire.

Il est 19h45, le mercredi 21 mars, lorsqu’un car hiace de marque Toyota arrive à la prison centrale de Kondengui. Le véhicule vient tout droit du Tribunal criminel spécial (Tcs). Il transporte Jean William Sollo, ancien directeur général de la Camwater ; Bruno Bekolo Ebe, ancien recteur de l’université de Douala et Louis Max Ayina Ohandja, ancien secrétaire d’Etat au ministère des Travaux publics chargé des routes.

Les trois hommes sont placés sous mandat de dépôt au sein de l’institution carcérale de Yaoundé, après des auditions au Tcs, instance juridique chargée de condamner les gestionnaires de la fortune publique ayant preuve d’indélicatesse. Cet accueil des nouveaux pensionnaires de la prison centrale de Kondengui, par le régisseur, se déroule non loin des regards tristes des proches des prévenus venus nombreux.

Jean William Sollo, l’ancien directeur général de la Camwater a été interpellé lundi dernier. Le même jour, il a été conduit au corps spécialisé d’officiers de la police judicaire du Tcs. Il y a été  entendu et y a passé 48 h de garde à vue. Me Innocent Atangana l’avocat de Jean William Sollo, que nous avons contacté hier, a confirmé que son client a été écroué à Kondengui mercredi avant 20h. L’avocat n’a pas voulu s’expliquer davantage sur ce qui est reproché à son client. Il pourrait être poursuivi pour  des malversations financières  dans la gestion de la Camwater, entre 2011 et 2016, période durant laquelle il a dirigé cette entreprise.

Pour ce qui est de l’ancien recteur de l’université de Douala, le Professeur Bruno Bekolo Ebe, il a été interpellé mardi dernier. Pour son cas, l’on se rappelle que le Conseil de discipline financière et budgétaire (Cdfb) avait rendu un rapport en 2014 qui retenait un certain nombre de fautes de gestion commises contre lui au cours de la période 2007 -2010.

Ayina Ohandja l’ancien secrétaire d’Etat au ministère des Travaux publics chargé des routes, quant à lui, est poursuivi pour sa gestion de l’Institut universitaire des technologies de l’université de Douala, entre 2003 et 2014.

Leur période de grade à vue pourra être renouvelée si l’instruction n’est pas bouclée au bout de six mois.

Posté par archipelcm à 10:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2018

Relation client

E-commerce : renforcer la relation client grâce aux forces de vente traditionnelles

Le recours aux forces de vente reste le meilleur moyen de fidéliser le client. Pour beaucoup d'entrepreneurs, qu'il s'agisse de jeunes startuppeurs ou de chefs d'entreprises plus aguerris, vendre sur Internet est aujourd'hui devenu incontournable. Le Web est, il est vrai, sans équivalent en tant qu'ouvreur de marché : il permet la création instantanée, sur une zone de chalandise très vaste, de contacts et de commandes. Mais il ne suffit pas d'avoir une belle vitrine sur le Web : le contact y est par nature bref et impersonnel. Sansapprofondissement et humanisation de la relation client, cette base reste éphémère, car peu consolidée. Or, le capital le plus précieux d'une entreprise et, en même temps son coût d'acquisition le plus élevé, réside en effet dans le poste « clients ». Repérer, séduire, capter et retenir les clients, telle est la base fondamentale de l'entreprise. 

La vente en face-à-face

La meilleure méthode pour fidéliser ses clients est de s'en approcher au plus près, afin de connaître leurs motivations, de les satisfaire avec le bon produit ou prestation de service et de nouer un contact qui pourra rebondir en fonction de ce que l'on aura appris et compris lors de la première rencontre. L'appoint complémentaire d'une force de vente « traditionnelle » est en cela essentielle.

Vendeurs à domicile indépendants (VDI) 

Choisir la vente à domicile nécessite des précautions : « La plupart du temps, les vendeuses à domicile qui commencent l'aventure avec vous ne sont pas des commercialesElles n'ont pas d'expérience de cette nature. Il ne faut donc pas sous-estimer le temps et le budget nécessaires à former votre équipe ! » L'entrepreneur doit également veiller à ne pas fixer d'objectifs, sous peine de voir le contrat requalifié en CDI, car les vendeurs à domicile sont par nature des indépendants.

Le recours au marketing direct

Au-delà de la vente à domicile, il existe d'autres solutions pour développer le canal de la vente en « face-à-face » : les VRP, les vendeurs indépendants, les distributeurs. Le marketing direct, à travers le courrier papier ou électronique, et l'appel téléphonique permettent de nouer une relation et de développer un argumentaire sur mesure. Ainsi, le dirigeant d'un cabinet de conseils en stratégie confiait récemment qu'il recommençait à utiliser les « bons vieux mailings » personnalisés. « Comme cela, je suis à peu près certain de toucher ma cible, car mes clients reçoivent tellement peu de courriers papier que les secrétaires n'osent plus jeter ceux qui restent et les transmettent directement à leur patron. Nous avons eu des résultats étonnants ! »

 

Posté par archipelcm à 12:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mars 2018

ACTUALITE

Olivier Bilé : " La situation socio-économique du pays reste plombée par une réalité de sous-emploi massif "

L’homme politique l’a déclaré dans un message adressé à la jeunesse.

Mes chers jeunes concitoyens (nes),

J’ai à nouveau l’honneur et l’immense plaisir de m’adresser à vous en cette période plus que jamais cruciale du 11 février 2018. Notre pays demeure globalement dans une situation précaire alimentée par de multiples phénomènes de turbulences et de crises qui ont tendance à se multiplier.

La partie anglophone du pays reste le théâtre d’une violence gratuite et insupportable, qui occasionne la disparition régulière de nombreux civils et hommes en armes.  Le rapatriement forcé de certains leaders sécessionnistes et le traitement qui en est envisagé, risque d’entrainer l’approfondissement de ladite crise à travers la radicalisation plus accrue de certains de nos concitoyens.

La situation socio-économique du pays reste plombée par une réalité de sous-emploi massif dont vous êtes les premières victimes. A l’évidence, rien de crédible ni de solide ne peut être construit dans la rareté, les pénuries et l’austérité criantes structurellement établies dans notre pays depuis trop longtemps. La galère à laquelle l’on vous a si habilement habitués apparaît alors à certains comme une fatalité dont il n’est plus possible de sortir. A vrai dire, cette dernière n’est que la conséquence d’un « losing leadership »inscrit dans les gênes du régime actuel.

Et c’est bien cette galère volontairement entretenue qui génère la grande dégradation des mentalités ainsi que les déviances de toute nature qui se développent  au sein de la jeunesse : homosexualité et montée silencieuse des LGBT, toxicomanie, alcoolisme et délinquance juvénile, violences et assassinats rituels, criminalité physique et cybernétique, recul important du civisme et du patriotisme, oppression des réseaux de l’occultisme et du magico-anal qui apparaissent comme passages obligés et cadres de promotion sociale imposés à la jeunesse. Les promotions maçonniques, rosicruciennes et autres sont en effet devenues la règle pour les positions influentes.

Dépassé par les événements et juste désireux de vous maintenir en otage et en captivité, les dirigeants du pays ont, plus que jamais, recours à des manœuvres de ruse pour acheter vos consciences. Voici du reste, le message  de mise en garde que j’adressais prioritairement aux jeunes, il n y a pas longtemps, à propos des récents agissements manipulateurs dudit régime.

« A la suite de l’affaire du don des ordinateurs PB aux étudiants, de la soudaine décision ‘d’offrir’ une faculté de médecine à la région du Nord et une Ecole normale supérieure à celle de l’Est, de subventionner certains produits de grande consommation, je veux appeler l’attention de la jeunesse, sur les conséquences néfastes et catastrophiques de la corruption politique d’Etat telle que pratiquée dans notre pays depuis des décennies par le régime UNC-RDPC. De telles manœuvres d’achat des consciences à l’échelle nationale risquent du reste de se multiplier en cette année électorale. Les hommes du passé et du passif qui pensent pouvoir maintenir la prise en otage du Cameroun, vont tenter de s’en servir à nouveau, angoissés qu’ils sont de la sanction électorale que, fatigués par 36 ans d’immobilisme et de souffrances, vous entendez clairement leur infliger cette année. Ils sont totalement en panne d’inspiration et se réfugient dans cette odieuse corruption politique qui traduit un profond mépris pour un peuple et une jeunesse considérés comme manipulables et achetables à volonté. Ne vous laissez donc plus avoir !Ouvrez grandement les yeux !N’ayez plus peur de qui ce soit ! Ces prétendus cadeaux qui sont d’ailleurs faits sur vos impôts et vos efforts sur plusieurs générations n’approchent même pas le minimum auquel vous avez droit en tant que citoyens du Cameroun. Prenez les librement sans jamais vous sentir lié à quoi ni à qui ce soit !N’acceptons plus n’importe quoi ! Dénonçons toutes les dérives. Car c’est la fidélité dans les petites choses qui assure la fidélité dans les grandes. De la même manière, c’est l’accumulation des petites erreurs qui mène vers les grandes catastrophes ».Un homme averti en vaut deux !

L’alternative de l’UFP : Satisfaire aux vraies attentes des jeunes 

La jeunesse camerounaise que vous êtes n’a besoin de rien d’autre que de s’épanouir à l’école, à l’université ou en milieu professionnel. Dans chacun de ces milieux, le jeune n’attend que de pouvoir s’exprimer de façon optimale dans un environnement convenablement aménagé. Des toilettes correctes et des bibliothèques de préférence numériques bien fournies, des salles de cours aux effectifs raisonnables, des logements viables à des coûts acceptables, des infrastructures et moyens de transport et de télécommunication convenables, des lieux de loisirs, de sport et de divertissement, la connexion internet via le wifi disponible, de nombreuses opportunités d’emploi sinon les conditions les plus favorables possible pour la création de leurs propres entreprises, telles sont, me semble-t-il, quelques facteurs essentiels de   satisfaction de notre jeunesse.

Quant aux actes cosmétiques de ‘saupoudrage académique électoraliste’ actuels et aux réactions négatives suscitées çà et là, je veux ici marquer ma solidarité à l’égard de tous ces jeunes qui en ont marre des injustices du système. Nous avons tous un devoir d’indignation à manifester avec courage. Pour finir avec les manipulations habituelles, il est désormais nécessaire de doter chaque région du pays d’une université publique digne de ce nom, articulée autour des richesses et potentialités locales. C’est aussi ainsi qu’une  décentralisation élémentaire et minimale pourrait avoir un brin de matérialité sur le plan académique.

La politique des cadeaux empoisonnés, la politique ‘njangui’, la politique de la tromperie, la politique des opportunistes sans foi ni loi, notamment à la veille des élections, a suffisamment causé de dégâts dans le pays comme cela. Elle n’a du reste jamais développé un pays, mais plutôt enfoncé des nations entières dans la misère. En cette veille de campagnes électorales, la présente adresse est aussi le lieu de mettre toute notre jeunesse en gardecontre tous ces autres acteurs politiques de notre pays, majorité et opposition confondues, qui ont déjà commencé à mobiliser les mêmes outils de la politique-njangui pour vous acheter.  En les observant de près, vous verrez qu’ils ne sont fondamentalement pas différents de ceux du pouvoir actuel. Il faut donc véritablement tourner la page !

Pour être capable de résoudre correctement les problèmes de notre jeunesse, notre conviction à l’UFP, est que notre pays a, plus que jamais, besoin de faire appel de manière massive, à un Président de la République, un projet politique et un gouvernement jeunes car ‘on ne fait pas du vin nouveau dans de vieilles outres. On fait du vin nouveau dans des outres neuves !’.

L’UFP, parti promoteur du foiisme politique, s’offre donc à vous, à travers son projet « Cameroun libéré, Cameroun prospère Horizon 2030 », comme cette opportunité historique en faveur de la pacification de tout le territoire, de la transformation positive des mentalités au bénéfice de la création du plein emploi, de l’abondance et d’une providentielle Prospérité dans notre pays. Emparez-vous-en !

Que Dieu bénisse et relève le Cameroun !

Posté par archipelcm à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 mars 2018

Relation client

Entretien – Qu’attendent les RH d’un bon CV ?

Au moment des stages, tous les étudiants se demandent si leur CV convient aux demandes des recruteurs. C’est d’ailleurs souvent à ce moment-là que les écoles proposent des ateliers de correction de CV. Pour compléter ces dispositifs, Business-cool est allé demander à une professionnelle en recrutement quels étaient ses attentes et ses conseils pour faire un bon CV.

Voici une interview de Frédérique Tournemeule, Responsable du Recrutement de la Région Île-de-France Sud à la Société Générale.

Qu’attendez-vous d’un bon CV ?

Un bon CV c’est un CV qui se lit vite, il est impératif qu’il tienne en une page. Le capital c’est qu’il soit personnalisé par rapport au poste auquel on postule, il faut vraiment faire attention à ça. Quand on postule dans une entreprise on s’adresse à cette entreprise en particulier. Le CV doit alors refléter la demande de poste dans cette entreprise, il est important de cibler. Pour ça il faut faire preuve de rigueur et prendre la peine de regarder le site pour connaître les valeurs de l’entreprise (il est très important pour le candidat de repérer les valeurs de l’entreprise et de faire des liens avec ses expériences ou alors les rapprocher à ses propres valeurs durant l’entretien).

Dans un bon CV il faut mettre en avant les aptitudes pour le poste auquel on postule. Ça ne sert à rien de mettre 5 lignes sur quelque chose qui n’a rien à voir avec le poste. Peu importe si on passe ses vacances en Corse ou en Bretagne. Ce qui est primordial c’est de rapidement attirer l’œil du recruteur grâce à la formation et aux expériences en ayant mis le tout en relation avec le poste. Une lecture de CV dure entre 30 et 60 secondes, il faut donc vraiment que ça accroche et que ça interpelle le recruteur.

Que doit-on mettre dans son CV lorsqu’on a peu d’expérience ?

Mettre en évidence la formation. Attention, le master en management c’est trop généraliste, c’est la spécialité (RH ? Marketing de luxe ? Audit ?) et ce sur quoi les études ont le plus porté qui importent.

Lorsqu’on voit un CV de quelqu’un qui sort d’une école de commerce, ce qui va être important pour un débutant ce sont les stages, les jobs d’été etc. Le recruteur va regarder si dès le début des études, le candidat semblait déjà avoir un parcours professionnel qui commençait à se dessiner. Ce n’est pas grave s’il n’y en a pas, surtout qu’on sait que beaucoup d’étudiants se dirigent justement vers les écoles de commerce parce que ça reste au départ assez généraliste et plein d’opportunités, mais le recruteur va quand même s’intéresser à la cohérence des stages, des projets par rapport au poste envisagé.

Il faut garder en tête qu’on a toujours une histoire à raconter pour chacune de ses expériences. Il n’y a pas de petite expérience ou d’expérience inutile. On peut mettre une ligne en mentionnant qu’on a participé à l’accueil des admissibles par exemple, une ligne suffit. Non ce n’est pas une expérience professionnelle à proprement parlé mais il faut se démarquer et pour cela il faut mettre en avant ce qui différencie des autres.

Peut-être qu’à l’issue d’un stage on va se rendre compte qu’on n’aime pas le domaine dans lequel on a travaillé. Pour le stage suivant qui s’effectuera donc sûrement dans un domaine différent, il faudra tout de même réussir à tirer parti de cette première expérience. Il faudra alors mettre en évidence sur le CV les points communs et les compétences communes entre les 2 postes. Là ça interpelle. Là on a su tirer quelque chose de notre première expérience. Et là le recruteur donne une chance au candidat. C’est le plus important finalement, il faut toujours cibler, toujours mettre en avant les points communs.

Comment valoriser ses expériences ?

On va les valoriser par rapport au poste auquel on va postuler : ce sera axé sur la relation client ou sur l’esprit d’équipe par exemple. En soit, dans tout job on pourra dire qu’on aime le travail en équipe et ça c’est important dans toute entreprise. Si un candidat travaille chez McDo par exemple, le fait qu’il ait cuit des hamburgers importe peu, par contre on veut savoir que ça lui a appris à être organisé, qu’il a travaillé en équipe etc. Mais ce sera surtout pendant l’entretien qu’il faudra valoriser ça, il faut garder des arguments pour l’entretien. Sur le CV il suffit de mettre des verbes, faire quelques bullet points pour qu’ensuite en entretien il y ait matière à parler.  Il faut surtout ne mentionner uniquement que ce sur quoi on sera capable de parler et dont on pourra tirer parti. Il ne faut surtout pas mentir ou enjoliver parce que ça on va le voir tout de suite.

Faut-il expliciter ses expériences en indiquant ce qu’elles nous ont apporté ou doit-on réserver ça pour l’entretien ? Comment ne pas en dire trop ? (Par exemple, combien de bullet points par expérience faut-il mettre au maximum ?)

Par expérience, ce serait autour de 2, 3 maxi à l’aide de verbes d’action. On peut se permettre d’en mettre 3 quand on sort de l’école parce que justement on a peu d’expérience. Pour un CV il vaut mieux se contenter de verbes à l’infinitif pour après pouvoir expliciter durant l’entretien.

 Peut-on mentionner des travaux de groupe effectués en école (par exemple des projets sur un semestre) ?

Oui si ce sont des gros projets (par exemple les projets marketings si jamais on veut effectuer un stage dans ce domaine). On rédige 2, 3 lignes sur l’objectif du projet puis sur ce que ça nous a apporté. 

Un CV avec un aspect original peut-il être rédhibitoire ? Faut-il privilégier un CV d’apparence formelle ?

OUI ! Le CV original va intéresser les gens dans la communication ou la pub parce qu’ils recherchent la créativité des candidats. Encore une fois il faut constamment adapter son CV en fonction du poste, de l’entreprise. On ne peut pas se permettre de n’avoir qu’un seul CV en tout et pour tout, ce n’est pas possible. Mais de manière générale, le CV original ne s’adresse qu’aux postes de créativité. Le plus simple c’est de rester classique, l’apparence formelle c’est ce qui permet le mieux de lire le CV, de bien repérer les diverses catégories (formation, expérience, centres d’intérêt…).

Il faut faire attention, il faut notamment garder en tête que votre CV peut être lu sur écran ou imprimé et ça ne donne pas la même chose ! Pour cela il vaut mieux éviter les couleurs, rester neutre en noir et blanc. Surtout par les CV en fond de couleur forte parce qu’une fois imprimé, ils peuvent sortir tout noir et illisible. L’originalité a des limites.

 

Doit-on expliciter ses centres d’intérêt ? Est-ce considéré comme primordial pour les entreprises ?

Alors là ça va surtout dépendre des entreprises.

Non c’est des questions qu’on pose à l’entretien ça. Ce n’est pas primordial. On se pose toujours des questions mais globalement ce qu’on voit dans les centres d’intérêt c’est : musique, danse, voyages, cinéma. C’est assez redondant et ça perd alors de son intérêt. Ça en gagne si on fait quelque chose de particulier ou à un niveau très poussé. En fin de compte on peut les noter bien sûr, ça n’enlève rien du moment qu’on ne les étale pas sur 50 lignes. Ça va éventuellement guider vers des questions en entretien.

 

Où faut-il placer notre appartenance à une association au sein de l’école ?

Au niveau des associations, les recruteurs en banque ne regardent pas vraiment parce qu’il y en a peu qui portent sur la finance ou la banque. Après on va quand même regarder le poste, s’il y avait un rôle actif au sein de l’association (membre du bureau). Si le candidat est membre du bureau, il faut qu’il place l’association dans ses expériences justement. Sinon il vaut mieux laisser l’association dans les centres d’intérêt. A moins que ce soit une association très particulière, qui rejoigne le même monde (de la banque ici) que le poste ou l’entreprise mais c’est assez rare. La place de la mention de l’association dépend donc vraiment du rôle en son sein.

 

Faut-il mettre un « titre » rappelant notre objectif ?

Oui c’est mieux (ex : « recherche CDI en banque de détail », de détail pour cibler encore plus). En tant que recruteur on déteste perdre notre temps. Il faut tout de suite aller à l’essentiel, surtout que la lettre de motivation se fait de plus en plus rare donc le titre contribue à prouver l’effort d’adapter le CV au poste et à l’entreprise. Or quelqu’un qui fait des efforts ça tape toujours à l’œil. Quelqu’un qui a fait l’effort de mettre un titre adapté au poste c’est qu’il a déjà réfléchi et qu’il n’est pas là par hasard. Après le titre, il faut préciser votre date de disponibilité.

 

A quoi faites-vous attention lorsque vous lisez un CV ?

Aux fautes de français : la grammaire et la conjugaison c’est très important et le minimum c’est de passer le correcteur orthographique sur son CV. On ne va pas rejeter le CV pour autant mais s’il était déjà limite c’est fini. Soigner son CV, faire un CV simple et correctement écrit c’est le minimum. La forme n’est pas le critère majeur, en banque on recherche des candidats rigoureux mais un CV peut se jouer à presque rien alors finalement tout reste important.

De plus en plus les gens mettent formation en master in management en école de commerce par exemple, sauf qu’une fois diplômé, il vaut mieux préciser « diplôme obtenu en … » parce que les employeurs cherchent des diplômés et non des gens qui ont un niveau d’études mais pas le diplôme.

 

Pour vous, quelles seraient les 3-4 qualités principales que doit contenir un CV ?

Il faut qu’on repère tout de suite le dernier diplôme obtenu, puis les expériences, même s’il n’y a qu’un seul stage ce n’est pas grave.

Il faut constamment mettre à jour son CV quand on l’envoie. Imaginons qu’on soit diplômé 2017. Depuis qu’a fait le candidat ? Ça doit être le CV du jour-même, pas d’il y a 4 mois. Il faut toujours renseigner, même si par exemple on a fait un tour d’Europe, il faut l’indiquer. Il faut pouvoir éviter l’interrogation « qu’est-ce qu’il fait depuis 2017 ? ».

Rester simple c’est ce qui marche le mieux. Après ça va dépendre des entreprises mais dans beaucoup, surtout pour un débutant, on va d’abord regarder la formation puis les expériences. Pour un étudiant, le plus important c’est encore son diplôme, il vaut donc mieux commencer par indiquer sa formation puis ses expériences. Si ces dernières mènent vers une certaine cohérence c’est avantagé.

Il est important ensuite de bien de préciser les langues qu’on parle. Il arrive de chercher des conseillers de clientèle qui parlent anglais par exemple. Le pack bureautique (tant apprécié par les étudiants de Grandes Ecoles) est clairement inutile pour certains postes comme pour un poste de conseiller de clientèle par exemple. Il faut se demander si c’est utile pour le poste que l’on recherche pour savoir si on l’indique sur le CV ou non.

La qualité la plus importante qu’il faut retenir, c’est que chaque CV doit impérativement cibler le poste et l’entreprise visés. La personnalisation et l’honnêteté sont les qualités essentielles d’un CV.

 

En résumé

Le CV, c’est votre passeport.

Il doit contenir un titre, vous devez y dire l’essentiel (ce qui est le plus en rapport avec le poste que vous convoitez), vous devez rester concis, vous devez faire ressortir vos informations personnelles (celles qui vous démarqueront de la concurrence).

Posté par archipelcm à 09:38 - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 mars 2018

ACTUALITÉ. QU'EN PENSEZ-VOUS ?

Bafoussam : l’originale punition d’un chef d’établissement fait le buzz

Le proviseur du lycée classique de la ville a initié une caravane des paresseux pour sanctionner les élèves indisciplinés et/ou qui obtiennent de mauvaises notes.

Au lycée classique de Bafoussam (région de l’Ouest Cameroun), il ne fait pas bon d’avoir de mauvaises notes ou d’être récalcitrant aux études. Michel Ngueti, le proviseur de cet établissement, a mis sur pied une punition originale. Un concept qui n’inclue pourtant pas le fouet. Celui-ci a été baptisé « Caravane des élèves paresseux sur le parcours de la honte et de l’expiation ».

Les populations de Bafoussam en ont eu un bref aperçu le lundi 19 février 2018. Une centaine d’élèves a été mobilisée à l’entrée de l’établissement scolaire.  Chacun de ces apprenants tenait une pancarte avec des inscriptions parfois drôles mais assimilables à des confessions. « Voici où l’absentéisme et le retard chroniques m’ont conduit (e) » ; « Plus jamais de sous-moyenne dans ma vie »« Honte à moi car j’ai négligé la chose la plus importante de ma vie : mes études », pouvait-on lire sur ces supports.

Si certains ont estimé qu’en procédant ainsi, ce responsable d’établissement a humilié de jeunes élèves ayant droit à l’erreur, d’autres ont salué son initiative. Les avis sont donc mitigés, notamment sur les réseaux sociaux.


Voir l'image sur Twitter
Voir l'image sur Twitter

 

Michel Ngueti, lui, reste serein sur les motivations de sa démarche. Le chef d’établissement estime que cette caravane est le fruit d’une concertation et d’une organisation interne assez précise. « Il s’agit d’un concept salvateur. Nous l’avons mis en place au cours de l’année passée. Nous avons pris le temps d’informer les parents d’élèves lors d’une rencontre. Ces derniers l’ont accepté à l’unanimité. Nous avons analysé son implantation et son financement. Nous nous sommes mis d’accord sur la confection des pancartes », a-t-il expliqué dans le quotidien Le Jour de ce 22 février 2018.

120 pancartes ont été fabriquées pour diffuser 15 messages différents. Pour le moment, le lycée classique de Bafoussam est le seul à avoir adopté ce mode de réprimande vis-à-vis des élèves peu performants aux examens. Cette démarche pourrait inspirer de nombreux autres établissements du pays, ce d’autant plus qu’elle est un palliatif au fouet.

Plus de  700 élèves ont dû suivre le parcours de la honte au lycée classique de Bafoussam.

 

 

Posté par archipelcm à 09:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mars 2018

Relation client

Les 3 piliers du marketing conversationnel

L’avenir du marketing s’annonce sous le signe de la conversation. Mais c’est dès aujourd’hui qu’il s’imagine, s’élabore et même s’amorce. Entre les données accumulées et le recentrage sur des stratégies customer-centric, il est en tête de pont des dispositifs actuels pour nourrir la relation client en continu et sur tous les canaux. Retour ici sur les 3 piliers du marketing conversationnel.

Sous la pression grandissante des consommateurs en attente de relations fluides, interactives et personnalisées avec les marques, les organisations accélèrent leur mue. Dans un récent rapport , l'institut Forrester indique que 2018 sera à cet égard une année charnière : 5 à 10 % des directions marketing intègreront les équipes CX (expérience client) à celles en charge de la marque afin d'atténuer leurs dissonances et la maturation rapide des interfaces conversationnelles forcera les entreprises à revitaliser ces parcours client. Vaste programme, qui passera par plusieurs étapes que nous vous proposons d'analyser ici.

1 - Je comprends et je m'adapte à mon environnement

L'environnement marketing a vécu de profondes mutations ces quinze dernières années, et selon toute vraisemblance, les quinze prochaines promettent d'être au moins aussi passionnantes et tumultueuses ! Cette prise de conscience a permis d'acter, pour la grande majorité des marketeurs, un élément crucial : 2018 sera l'année de l'"obsession client" pour reprendre les termes du rapport cité plus haut. Relation personnalisée, individualisée et temps réel, omnicanalité, mobilité en constituent les fondamentaux. Le digital a profondément bouleversé la relation entre les marques et les consommateurs, et maintenant que cette nouvelle donne est comprise et intégrée par les entreprises, il faut les prendre en compte de façon concrète.

Évoquer des stratégies customer-centric et continuer à fonctionner en silos selon chaque canal (web, magasins...) n'est plus possible. Les organisations elles-mêmes doivent casser certaines frontières en interne. Parce qu'il est au plus près du client, le marketing occupe une fonction cruciale et centrale. Il doit aussi pouvoir piloter ses propres investissements IT, en concertation avec la DSI, déployer des campagnes d'inbound marketing en bonne intelligence avec le service commercial, mettre à jour sa politique de traitements des données personnelles en conformité avec le service juridique, etc.

2 - Je sais récolter et analyser les informations

Une fois adaptées à ces nouveaux environnements marketing, les marques doivent comprendre les signaux envoyés par leurs clients. Les enjeux marketing sont donc totalement liés aux enjeux technologiques. Les entreprises sont devenues relativement performantes sur le stockage de leurs données. Le data onboarding, et les Data Management Platform font désormais partie du vocabulaire quotidien des marketeurs. Plus que jamais, la donnée client doit être réunie sur une seule et unique plateforme pour répondre au défi grandissant de l'omnicanalité : toujours plus de canaux et un besoin accru d'harmoniser les messages, quel que soit le point de contact.

En ce sens, la synchronisation des données issues du CRM avec les données comportementales issues de la DMP s'avère un travail indispensable. C'est effectivement le mix de données froides (CRM) et chaudes (DMP), et donc une vision holistique de chaque client, qui garantira une contextualisation pertinente des messages.

Ces approches doivent absolument être maitrisées pour préparer les prochaines révolutions en matière de data qui seront incarnées par les analyses prédictives, l'intelligence artificielle et le machine learning. Il est donc indispensable de ne pas prendre de retard et de bien maîtriser ses données existantes.

3 - J'apprends et je progresse chaque jour

Avec des technologies performantes et une bonne compréhension des stratégies centrées client, les marketeurs - et plus largement leurs entreprises - disposent désormais des clés pour alimenter une réelle conversation avec leurs clients tout au long de leur parcours et sur tous les points de contact. La relation s'écrit maintenant en fil rouge, et plus uniquement ponctuellement par campagne. Les technologies et le marketing sont alignés pour rendre l'expérience fluide et personnalisée. L'omnicanalité, avec une vision client unique, et le temps réel permettent d'aller au bout de la logique marketing. En développant et en animant ainsi la relation, le recrutement et la fidélisation des clients ne feront que grandir... ce qui est finalement l'objectif n°1 des marketeurs.

Nourrir les échanges avec des contenus adaptés, avoir une approche personnalisée, réagir en temps réel... c'est en parvenant à s'ancrer dans la même temporalité que leurs publics, en se mettant au diapason de leurs besoins et de leurs envies que les marques passeront le cap du marketing conversationnel. C'est au prix de l'accélération des stratégies conversationnelles, en mode test & learn, qu'elles accompagneront au mieux leurs clients et seront prêtes pour perdurer la conversation sur de nouvelles interfaces comme les enceintes connectées ou les chatbots.



Posté par archipelcm à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2018

Réseaux sociaux

Les réseaux sociaux affectent-ils les résultats scolaires ?

Les réseaux sociaux affectent-ils les résultats scolaires ? - RelaxNews - skynesher / Istock.com
Bien que de nombreux parents s'inquiètent de voir leurs enfants rivés sur les réseaux sociaux au détriment de leurs résultats scolaires, de nouvelles recherches européennes montrent que l'utilisation de plateformes telles que Snapchat, Facebook ou Instagram aurait un effet minime sur la réussite scolaire.

Des chercheurs de l'université allemande de Bamberg voulaient clarifier l'impact négatif que pouvaient avoir les médias sociaux sur les notes des élèves en passant en revue 59 études menées sur plus de 30.000 jeunes à travers le monde, sur ce sujet. "Il existe de nombreuses études contradictoires sur ce sujet et cela n'a pas facilité une évaluation correcte de tous les résultats par le passé", a expliqué l'une des auteurs Caroline Marker. Bien que certaines recherches rapportent que les réseaux sociaux ont un impact négatif sur la performance scolaire, d'autres montrent une influence positive, alors que d'autres ne voient aucun lien.

Dans cette nouvelle méta-analyse, les chercheurs ont trouvé sur les étudiants qui utilisaient les réseaux sociaux intensément pour communiquer avec leurs camarades à propos de sujets en lien avec l'école avaient tendance à enregistrer des résultats un peu meilleurs que la moyenne. Un résultat assez prévisible selon eux. De plus, ils ont noté que les personnes les plus actives sur les réseaux ne passaient pas forcément moins de temps à étudier. 

En revanche, les étudiants qui utilisaient très fréquemment les plateformes sociales, qui postaient régulièrement des messages et des photos, enregistraient des notes un peu plus faibles, même si les chercheurs ont tenu à souligner que l'aspect négatif restait très faible. Les jeunes qui utilisaient Snapchat, Facebook ou Instagram pendant qu'ils étudiaient ou faisaient leurs devoirs affichaient aussi des notes un peu moins bonnes que les personnes qui ne consultaient pas ces sites, probablement parce que le fait de s'adonner à plusieurs tâches en même temps détourne l'attention des étudiants de leur travail.

A la question de savoir si les médias sociaux entraînaient la baisse des résultats, ou si les étudiants qui affichaient déjà des notes plus basses seraient plus facilement distraits par les plateformes, le professeur Markus Appel (co-auteur) a commenté : "Nous ne pouvons pas répondre à cette question. Les deux directions de cause et d'effets sont possibles, mais elles ne sont pas très prononcées."  Il en a conclu que "les inquiétudes concernant les conséquences supposées désastreuses des réseaux sociaux sur la performance scolaire ne sont pas fondées." 

Posté par archipelcm à 13:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2018

Digital

Pour les dirigeants qui ont compris que le digital, principalement sous la forme de la digitalisation de l’entreprise en interne et de sa relation client en externe, etc., était désormais moins une question de stratégie (pour quoi faire) qu’une question de mise en œuvre (comment faire), se pose désormais celle des prochains enjeux stratégiques pour l’entreprise et sa différentiation.

Si vous êtes encore mentalement dominés par la mise en oeuvre du digital, par les changements de business modèles impliqués, par la conversion au numérique de vos ressources humaines, par la digitalisation de vos processus, par l'usage que vous pourriez bien faire de vos Big Data, etc. ne lisez pas plus loin.

Si, par contre, vous vous interrogez sur l'avenir post digital, c'est-à-dire celui où le digital fait tellement partie du nouveau normal qu'on ne s'interroge plus sur lui, comme aujourd'hui on traite de l'électricité, alors il faut vous interroger sur ce qu'il faut surveiller dès 2018 pour garder ou prendre une avance, développer un avantage concurrentiel. Comment "augmenter" sa stratégie et son management ? Quels composants faut-il ajouter à sa vision ?

Plusieurs éléments principaux se détachent en priorité qui vont modeler la réflexion stratégique : L'intelligence artificielle appliquée, les neurosciences appliquées, le nouveau collaboratif, le hi touch, la tripadvisorisation et les fake news, et la définition même de l'entreprise.

Intelligence artificielle appliquée

Les réflexions sur l'intelligence Artificielle entrent enfin dans une phase raisonnable, elles vont sortir du mythe dystopique de la destruction des jobs et du remplacement de l'homme pour s'insérer progressivement et de plus en plus profondément dans la vraie vie des entreprises. Elles vont se traduire en nouvelles utilisations des outils de reconnaissance d'images ou de sons, de tris d'informations, de prédictions et de prévisions en marketing, en maintenance, en services aux clients, etc. bref en de nouvelles opportunités de services et de produits, en nouvelles possibilités d'efficacité et d'efficience. Un univers de possibles (et de création d'emplois) s'ouvre.

Neurosciences appliquées

Les neurosciences de même vont enfin faire l'objet d'une attention sérieuse de la part des dirigeants et l'on va comprendre pourquoi et comment elles vont bouleverser le management et la stratégie, notamment bien sûr dans la relation avec les clients (du nudge à la publicité), mais surtout dans les techniques d'apprentissage, dans les processus décisionnels, dans la gestion des espaces de travail et dans l'amélioration de la qualité de vie au travail, etc. Les neurosciences vont toucher toutes les fonctions de l'entreprise et pourront lui fournir des avantages compétitifs.

Le collaboratif mature

Le collaboratif dans et hors l'entreprise, ancêtre digital, car on a vu son explosion avec les systèmes collaboratifs sous la forme des réseaux sociaux internes, devrait entrer dans l'âge de raison. On va comprendre que s'il n'est pas combiné à une vraie valorisation de la créativité et des efforts et réflexions individuels, il ne pourra pas apporter le maximum de bénéfices, que mettre un système collaboratif en place sans revoir en profondeur la place de l'homme dans les processus de création et de décision est peu productif. Le nouveau collaboratif apportera un avantage de créativité et d'amélioration de la productivité à ceux qui auront su le domestiquer.

Le high touch

Le high-touch est ce concept par lequel les contacts humains non digitaux ont de la valeur, qui souligne que le "frottement" dans le réel avec les clients, les collègues, apporte plus que la froideur et la mécanisation des contacts digitaux. Il permet la créativité, la valorisation économique et sociale du travail. Après avoir digitalisé à tout crin, on va enfin redécouvrir que la présence humaine physique à de la valeur et qu'il faut donc la valoriser, la rémunérer, si l'on veut en tirer un bénéfice humain et économique.

La tripadvisorisation

La tripadvisorisation est cette extension de la mesure de tout et de tous sur internet, à travers de multiples systèmes d'évaluations, de notes, de commentaires, voire de dénonciations et de calomnies, à la façon dont fonctionne TripAdvisor. Un système de contrôle social généralisé est en train de se mettre en place, de façon officielle en Chine, de façon plus insidieuse ici. Partout, il va changer nos relations sociales, nos images, nos attitudes. La question n'est pas de savoir si on peut l'éviter, mais comment on va le gérer au mieux à la fois pour les individus et pour les organisations.

Les fake news

Les fake news, de même, ne sont pas qu'un phénomène de la sphère politique, elles vont envahir la vie des entreprises, des marques, des personnes et entraîner des manipulations de masse qui présentent des dangers multiples de réputation, voire des violences. Les questions de propagande, de manipulation des opinions, ne sont pas nouvelles, mais la force des réseaux sociaux les démultiplie et rend la gestion de la communication extrêmement délicate. La gestion de crise devient plus stratégique qu'elle ne l'a jamais été, car aux crises réelles s'ajoutent des crises déclenchées par des phénomènes de masse incontrôlés.

La définition de l'entreprise

Enfin, alors que tant d'institutions et acteurs traditionnels font face à une crise de confiance, qu'il s'agisse des partis politiques, des banques, des grandes entreprises, voire des institutions scientifiques, toutes les entreprises vont devoir travailler à la redéfinition de leur rôle social, du sens qu'elles donnent au travail, à leurs produits, à leurs relations à l'environnement, etc. Bref la RSE (Responsabilité Sociale et Environnementale des entreprises) va sortir de son papier glacé pour entrer dans le monde réel de la différentiation sur le marché du travail et des produits.

Face à ces enjeux, qui s'ajoutent, reconnaissons-le, à la mise en oeuvre des implications de la révolution numérique, les dirigeants vont devoir travailler sur plusieurs fronts : 1 - comprendre et traduire les implications concrètes de ces forces en termes de stratégie et d'organisation ; 2 - avoir une connaissance non anecdotique et la plus technique possible des enjeux en ce qui concerne leur domaine d'activité ; 3 - accepter que la sociologie, et les sciences sociales de façon plus générale, deviennent un instrument essentiel de décryptage de l'environnement.

Posté par archipelcm à 12:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]