Guide rapide : comment créer votre plan de marketing web ?

Dans le contexte actuel des affaires, le succès ou l’échec d’une entreprise peut être largement influencé par son plan de marketing web. En effet, attirer de nouveaux consommateurs passe maintenant plus que jamais par une présence en ligne efficace…

 

Mais l’orchestration d’un tel plan d’action nécessite une bonne dose d’expérience et de connaissances, rendant l’exercice difficile pour un grand nombre de personnes. Si vous vous trouvez dans cette situation et que vous ignorez par où commencer pour créer votre plan de marketing web, voici un guide rapide qui vous permettra de démarrer en toute autonomie.

Évaluer la situation actuelle et vos besoins

Évaluer la position dans laquelle se trouve actuellement votre entreprise vous aidera à cerner vos besoins et la stratégie à adopter. Par exemple, si vous avez déjà un site Internet et qu’il n’est plus mis à jour, il se pourrait bien qu’il fasse plus de tort que de bien à votre compagnie. Rappelez-vous que les sites web les plus profitables sont souvent ceux qui engagent le plus d’actions de la part des internautes. Il faut donc avoir un site qui incite les internautes à convertir.

Il est également important que vous évaluiez vos objectifs et les délais. Comme je vais l’expliquer dans un second temps, la stratégie est grandement influencée par le temps que vous souhaitez investir dans ce projet et votre budget. Il est évident que si vous avez un budget unique de 500 € à mettre dans votre stratégie web uniquement, vous n’aurez pas les mêmes possibilités qu’une personne prête à mettre 1000 € dans sa stratégie et 1500 € par mois ensuite. Plus votre budget est important, plus vous aurez de choix en termes de plateformes sur lesquelles investir.

De la même manière, si vous souhaitez être premier sur Google demain, la stratégie sera bien différente que si vous n’avez pas de date précise en tête et que les résultats peuvent s’échelonner sur plusieurs mois.

Définir les grandes lignes du nouveau plan marketing web

Cette étape est primordiale. La réussite de votre plan de marketing web dépendra du niveau de précision de son élaboration.

Vous devrez tout d’abord sélectionner la stratégie la plus adaptée. Selon les objectifs que vous aurez définis précédemment en termes de temps requis pour avoir des résultats et le budget que vous désirez mettre dans votre stratégie de marketing web, les moyens vont différer.

Si vous avez besoin d’avoir des résultats très rapidement, vous allez sans doute opter pour la publicité en ligne sur des plateformes telles que Google AdWords ou Facebook Ads. En effet, ces plateformes permettent, en investissant une certaine somme, d’être présenté à une audience ciblée du jour au lendemain. Par contre, cette stratégie est une stratégie de court terme, car dès que vous arrêtez la publicité, vous n’apparaissez plus naturellement sur les plateformes choisies. Vous pourriez aussi décider de faire du SEO qui est une stratégie de long terme c’est-à-dire que les résultats seront plus durables, mais mettrons plus de temps à se manifester. Je ne cite que deux possibilités, mais les choix sont nombreux et peuvent s’avérer complexes.

Pour avoir une vision claire de ce que vous pouvez faire et des investissements nécessaires, je vous invite à contacter un expert dans le domaine ou de lire beaucoup sur le sujet. Vous pourriez également faire une liste de toutes les actions possibles et déterminer ce qu’il faut pour bien mettre en place ces actions. Par exemple, si vous souhaitez avoir une grosse communauté active sur Facebook, il faudra passer du temps de gestion de communautés sur votre page et considérer d’investir un petit budget publicitaire pour booster vos publications.

Notez que si vous choisissez d’impliquer des personnes spécialisées dans votre plan de marketing internet, elles pourront également suivre l’évolution de la stratégie et apporter les modifications nécessaires dès que le besoin se fait sentir.

Prenez conscience du temps de mise en place en amont

Cette opération, même si elle peut sembler simple à première vue, pourrait s’avérer plus compliquée que prévu. En tant que fondatrice d’une agence de marketing web, je constate souvent que les clients sont surpris par la quantité d’investissement en temps que demande la mise en ligne d’un nouveau site web.

Gardez en tête que les échéanciers pour les plans de marketing web sont souvent réajustés. Pour être bien certain de garder le cap, communiquez régulièrement avec votre équipe et soyez toujours au fait des actions complétées.

Prévoyez de mesurer les résultats dès l’élaboration de votre plan de marketing web

Durant les mois qui suivront la mise en place de votre nouvelle campagne de marketing numérique, il est incontournable que vous mesuriez son succès via les données que vous recueillerez régulièrement sur le trafic attiré, les appels de clients, les nouveaux abonnés, etc. Chaque plan de marketing web qui se respecte doit être ajusté, modifié et amélioré encore et encore en fonction de ces résultats. C’est sans doute pour cela qu’une entreprise qui n’est pas prête à investir les efforts pour optimiser ses stratégies aura de la difficulté à en tirer profit.

Pour être en mesure de connaître les résultats de votre stratégie de marketing web, il faudra donc établir des tableaux de bord précis qui permettront de voir l’amélioration de votre présence en ligne. Je vous encourage vivement à utiliser un outil comme Google Analytics et surtout à prendre le temps de bien le paramétrer. Aussi étonnant que cela puisse paraître, de nombreux propriétaires de sites internet pensent mesurer les résultats de leurs actions, mais se contentent des fonctions de base de Google Analytics. Avec un bon paramétrage, vous serez réellement en mesure de suivre les résultats et de prendre les bonnes décisions pour votre entreprise.

Aussi, dès que vous commencez à travailler sur votre stratégie web, prenez l’habitude de demander à vos clients ou prospects de quelle façon ils ont entendu parler de vous. Même s’ils ne seront pas très précis (il est rare qu’un client ou prospect vous dise qu’il vous a trouvé sur Google AdWords), ils vous diront sans doute qu’ils vous ont trouvé grâce à Internet, Facebook ou même Google. C’est une bonne manière de mesurer le succès de vos méthodes et l’efficacité de votre campagne.

 

En conclusion, rappelez-vous qu’il vous faudra sans doute être patient avant de récolter les fruits de vos investissements. La pire chose à faire est de dévier de votre plan (ou carrément l’abandonner) lorsque les retombées mettent plus de temps que prévu à être visibles. Si votre plan de marketing web a été conçu avec soin, en tenant compte des astuces ci-dessus, vous avez toutes les chances de réussir.

 

 

5 pièges à éviter en matière de marketing international

Internet abolit un peu plus les frontières chaque jour et permet aux entreprises, quelle que soit leur taille, d’atteindre une clientèle internationale. Une étude récente de TextMaster montre que les entreprises ayant une forte présence numérique s’implantent plus rapidement à l’étranger et génèrent 3 fois plus de ventes internationales. Mais alors, pourquoi certaines d’entre elles échouent-elles avec leur marketing international ?

 

1. Vouloir pénétrer trop de marchés

En matière de marketing international, l’une des erreurs les plus fréquentes des entreprises consiste à considérer le monde comme une simple extension de leur marché national. Combien de temps vous a demandé l’analyse des profils de vos acheteurs, de leurs habitudes, comportements, besoins et motivations ? Pour vous développer à l’international, c’est pour chacun des marchés à conquérir que vous devrez fournir la même somme d’efforts. Parmi les critères (et ils sont nombreux), vous devez soigneusement évaluer si les clients potentiels vont avoir besoin de vos produits et s’il y a déjà sur place des acteurs dont la présence est antérieure à la vôtre. À moins de disposer d’un temps illimité et d’autant d’experts pour analyser chaque marché, concentrez-vous sur quelques marchés cibles pour optimiser vos ressources.

Quelle solution envisager ?

Au lieu de vous éparpiller à adapter et traduire dans 30 langues différentes, n’en sélectionnez que quelques-unes, mais visez l’excellence. Traduisez toutes vos communications : contenus web, documents marketing papier, newsletters, sans oublier les e-mails du service client. Vous aurez préalablement et minutieusement réfléchi à l’image de marque que vous voulez donner à l’étranger. Vous devrez veiller à ce que votre équipe de traduction ait une parfaite compréhension de votre entreprise afin de pouvoir traduire efficacement cette image de marque auprès du public local.

2. Croire que l’anglais est universel

L’anglais est sans aucun doute l’une des langues les plus utilisées en ligne. Pourtant, ce n’est pas une solution miracle pour toucher des clients dans le monde entier. Une étude récente de Common Sense Advisory montre que 60 % seulement des utilisateurs achètent dans les magasins en ligne dans leur langue maternelle et que 56 % préfèrent les sites dans leur propre langue et boycottent même tous les sites en anglais.

Quelle solution envisager ?

Elle découle du point précédent : il faut connaître son marché. Si la majorité de vos clients potentiels se trouve en Allemagne, oubliez définitivement l’anglais et traduisez d’abord en allemand.

3. Avoir localisé la langue, mais pas la région

De nombreuses entreprises croient que la traduction de leur site dans une langue aussi répandue que l’anglais va leur ouvrir les portes de tous les pays qui parlent cette langue. C’est peut-être vrai pour certains secteurs, mais cette théorie a ses limites. Les Britanniques et les Américains ont chacun leur propre vocabulaire, leurs expressions, leur argot. Cela vaut pour d’autres langues comme l’espagnol, le français ou l’allemand. Et cela s’accentue encore lorsqu’il existe des différences culturelles qui vont bien au-delà de la linguistique, comme les jours fériés, la culture pop et autres us et coutumes.

Quelle solution envisager ?

Adaptez votre contenu (et pas seulement la langue) à une région spécifique, ce qui revient à :

  • Traduire du contenu en utilisant le vocabulaire et les expressions locales ;
  • Créer des promotions ou du contenu autour des événements locaux ou des sujets à suivre (articles de blog sur la coupe du monde de football en France, mais sur le Super Bowl pour les États-Unis) ;
  • S’adapter à la saison (promotions d’été pour Australie, mais soldes d’hiver au Canada) ;
  • Indiquer en équivalents locaux les numéros de téléphone, les options d’expédition, la devise, les tailles et les heures d’ouverture.

4. Un SEO non adapté

Même si votre site web a le meilleur SEO de votre marché national, ce n’est absolument pas une garantie de succès à l’étranger. Optimiser votre site va bien au-delà de la traduction mot à mot d’un contenu ou de mots-clés. L’erreur la plus courante en matière de SEO consiste à croire que les gens ont la même logique de recherche partout. « Services marketing » par exemple est peut-être une phrase très recherchée aux États-Unis, mais son équivalent en France pourra être « agence marketing ».

Quelle solution envisager ?

Pour comprendre la façon dont les gens vont chercher et trouver votre site web, vous devez vous intéresser aux préférences locales. Des outils comme Google Trends, Google Keyword Planner ou Keywordtool.io sont l’idéal pour trouver les termes de recherche les plus pertinents. Vous pouvez également voir ce que font vos concurrents, grâce à des sites comme Similar Web ou SEMRush. Une fois établie, cette liste de mots-clés localisés va vous permettre de créer du contenu web au plus près de ce que vos clients recherchent.

5. Croire que c’est définitif

Vous avez analysé le comportement de vos acheteurs locaux, minutieusement localisé chaque partie de votre site web et puis… vous avez laissé le tout en l’état. Votre site web ne propose à vos clients internationaux que des produits en rupture de stock et une promotion vacances expirée depuis 4 mois. Non seulement vous n’allez gagner aucun client, mais cela va sérieusement entamer votre crédibilité.

Quelle solution envisager ?

Considérez votre site web comme une entité vivante ayant besoin d’une attention constante. Vous pouvez regrouper par sujet et par localisation les éléments qui ont besoin d’une mise à jour. Si par exemple vous ajoutez une promotion vacances sur votre site web, vous devez mettre à jour (et traduire) l’image de la bannière du site principal, son contenu, les conditions générales, le texte et les images de la newsletter, mais également les images de vos médias sociaux.

Établir et maintenir un calendrier de contenu web, c’est un autre moyen efficace de planifier vos traductions à l’avance afin d’éviter à vos traducteurs de travailler dans l’urgence et la précipitation pour localiser une campagne importante la veille de son lancement.

Conclusion

Vous avez beaucoup investi pour mettre au point votre marketing sur votre marché national afin d’optimiser vos conversions. Vous contenter de traduire votre site web et vos supports marketing dans une autre langue peut certes vous faire gagner quelques clients, mais dans la plupart des cas, vous allez au-devant d’une vive déception. Pour atteindre le même niveau de succès à l’étranger, chaque marché international requiert adaptation et minutie.

 

7 business en ligne à démarrer avec WordPress

wordpress
Steve Wantong Rédacteur web et content marketer spécialiste des contenus attractifs

Saviez-vous que vous pouvez développer un business en utilisant WordPress ? Saviez-vous aussi que les potentialités de WordPress dépassent aujourd’hui la simple création de blog ou de sites vitrines ? Si vous êtes de ceux qui estiment encore, et ce, à tort que WordPress ne sert qu’à créer des blogs, alors vous êtes vieux jeu ou « has been » comme le disent les Anglo-saxons…

 

Je vais vous montrer dans cet article 7 idées de business rentables que vous pouvez lancer sur le web à l’aide de cette plateforme révolutionnaire et qui peuvent changer votre vie.

Aujourd’hui, WordPress est une machine formidable. Rares sont les plateformes qui peuvent s’enorgueillir d’avoir créé autant d’impact dans l’histoire d’Internet. Peut-être le fait de faire partie intégrante de son époque nous empêche de prendre conscience de sa valeur et de son influence exacte sur le monde digital. WorPress a permis à une catégorie d’entrepreneurs de naître, elle a favorisé la naissance de nombreux business et de projets les plus fous les uns que les autres.

Les débuts de WordPress remontent à 2003 sous l’initiative de Matthew Mullenweg. L’intelligence de cet homme est d’avoir eu la vision futuriste que cette plateforme allait devenir le gratin de la gestion de contenus web. Et comme tous les autres visionnaires que la Terre ait connus, il a mené un travail acharné et intense pour propulser WordPress là où il est aujourd’hui.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. WordPress, c’est 25% des sites web mondiaux et 57 % des CMS utilisés dans le monde entier. Autant mieux vous dire que WordPress motorise une partie du web.

Or, dans l’évolution de WordPress, de fausses idées ont été véhiculées :

  • C’est juste pour les passionnés voulant partager le fruit de leur passion ;
  • C’est pour les gens qui n’ont rien à faire et racontent n’importe quoi ;
  • C’est pour les rêveurs ;
  • C’est pour les petits rigolos du net.

En regardant bien la réalité, WordPress permet de faire des choses surprenantes, car des projets gigantesques ont pris vie à l’aide de cet outil.

Ses nouvelles capacités sont intéressantes sur plusieurs points et permettent de concrétiser divers projets : blogs, applications web, sites web e-commerce ou non. Le véritable atout qui fait la force de WordPress, ce sont ses multiples avantages. Voyez par vous-mêmes.

Les avantages de WordPress

Accessible

Le coût pour lancer un projet sur WordPress est minime comparé au développement Zéro. Avec 1000 euros ou moins, vous avez votre projet sur la toile + un hébergement.

Gratuit

Pour utiliser WordPress, c’est 0 euro. La plateforme est enregistrée sous licence libre, c’est-à-dire que vous pouvez l’utiliser à votre guise, la modifier comme vous voulez, faire ce que vous voulez avec. Vous êtes entièrement libre.

Hautement personnalisable

L’autre point fort de WordPress, c’est que vous avez la possibilité de changer l’apparence de votre design comme bon vous semble. Il y a des boutiques sur le web qui vendent des milliers de thèmes pour tous les goûts. Aussi, des milliers de professionnels dans le monde peuvent vous assister pour personnaliser votre projet.

Une communauté grande et élargie

Son autre particularité ? Elle travaille à la bonne marche de son évolution.

Facile d’utilisation

WordPress ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui s’il avait été un de ces outils réservés aux hardcores programmateurs, férus de mathématique, de physique et de connaissances pointues en algorithme. Non non et non. WordPress, c’est pour les idiots comme moi. Pas besoin de connaître HTML , CSS , PHP ou JavaScript pour l’utiliser. Si vous savez utiliser Microsoft Word, je parie qu’en un rien de temps, vous allez pouvoir utiliser WordPress. Alors, quels projets réalisés avec cette plateforme ? Des plus simples aux plus compliqués, du plus excitant au plus maussade. Mais ne prenez pas mes paroles pour acquises, voyez par vous-même avec ces quelques exemples.

Un site de recrutement

jobtheme wordpress

Envie d’être un challenger de Remixjob ou Mycmjobs ? Vous avez toujours rêvé de lancer votre propre site de recrutement ? Et si la solution était devant vous depuis des années ? Avec WordPress, vous trouverez de nombreux thèmes et applications web pour lancer des sites de recrutement selon vos envies. Mieux encore, avec une fraction du prix d’une paire de Sneakers, vous avez l’hébergement et le site prêt en ligne, plus quelques euros pour faire votre pub. Le coût : moins de 300 dollars !

Plateforme de freelancing

freelancing theme

 

Admirez-vous tant les plateformes telles qu’Upwork, Hopwork, Redacteur.com ? Vous vous dites : « Et si je démarrais le mien ? » Eh bien, cela est possible. Avec WordPress, vous pouvez lancer un concurrent de Fiverr ou d’Upwork. L’avantage reste toujours le coût global qui est minime.

Site de Couponing et réduction

coupon theme

 

Savez-vous que les sites de couponing jouent les intermédiaires entre les consommateurs et les sites de vente en ligne ? Pourquoi ne pas participer à ce juteux business ? Avec WorPress, vous trouverez des thèmes simples, efficaces et robustes qui vont vous permettre d’être un intermédiaire de choc et de commencer à empocher vos premiers euros sans vous casser la tête. Qu’attendez-vous ? Oups ! Allez vite prendre votre part du gâteau.

Site e-commerce

ecommerce theme

 

Vente-privée vous rend jaloux ? Pourquoi ne pas lancer votre propre boutique en ligne ? Arrêtez de croire au mythe du e-commerce onéreux et harassant. Sur WordPress, vous avez des sites e-commerce qui se font des milliers d’euros par mois. Et si vous en avez marre de galérer dans votre business, de 8 heures à 17 heures, allez vite monter votre propre business et devenez un chef d’entreprise en herbe.

Site de E-learning

elearnign theme

 

Vous avez des compétences dans un domaine précis, surtout des compétences en apprentissage ? Pourquoi ne pas vous remplir les poches en dispensant des formations en ligne ? Avec 60 dollars, vous avez un thème bien fait qui fait son boulot. Un hébergement, une ou deux configurations, et voilà votre plateforme de e-learning lancée pour attirer des candidats destinés à réussir. Udemy et opensclassrooms par exemple se font des milliers d’euros. Ne voulez-vous pas votre part ?

Comparateur de prix

comparator theme

 

Dans le domaine de l’achat en ligne, les consommateurs recherchent toujours la meilleure opportunité, le meilleur prix, toujours le plus bas possible. Et si vous aidiez ces consommateurs avides d’économie ? WordPress vous permet de le faire.

Sites d’information

news theme

 

Presse-citron, Phonandroid, vous connaissez ? Ce sont tous deux des leaders dans leur domaine. Si l’idée de posséder un site d’information vous a toujours rogné l’esprit, WordPress vous donne l’opportunité de le faire aujourd’hui.

En conclusion

Devenir entrepreneur au XXIe siècle est devenu relativement facile. Avec WordPress, tout devient beaucoup plus simple et accessible avec des possibilités vraiment énormes.

En ce qui me concerne, j’utilise WordPress pour publier l’article que vous êtes en train de lire en ce moment. Dans mon activité de content marketeur et de web copywriter , il m’aide à partager la passion de mon métier et à propulser la stratégie digitale de nombreuses entreprises au quotidien. Sans lui, je doute fort que vous soyez en train de lire cette publication.

Voici la leçon que vous devez retenir : lorsqu’une solution ou plateforme existe, exploitez-la au maximum afin d’en tirer le meilleur parti. La réussite tient souvent à une bribe d’informations qui peut vous mener vers une vie explosive. Alors, c’est le meilleur moment d’être entrepreneur aujourd’hui.

Que déciderez-vous à l’issu de cet article ? Allez-vous songer à démarrer votre prochaine startup ? J’ai vraiment hâte de vous lire.

 

 

 

Comment déposer une marque en phase de création d’entreprise ?


Lors de la création de votre entreprise, vous devrez choisir une dénomination sociale, un nom commercial, une enseigne ou encore un nom de marque pour distinguer vos produits et services. Pour ne pas risquer d’entraver les droits antérieurs des tiers, veillez à effectuer une recherche d’antériorité auprès de l’INPI. De même, pour éviter qu’un tiers n’utilise abusivement un des éléments cités qui distinguent votre activité, vous devrez les protéger auprès de l’INPI.

Pour rappel, la dénomination sociale identifie l’entreprise en tant que personne morale, le nom commercial distingue le fonds de commerce ou l’activité de l’entreprise, l’enseigne identifie le local d’exploitation et sa protection naît du premier usage public. Quant à la marque, elle différencie les produits ou services de votre entreprise et doit être protégée afin qu’aucun individu ne puisse l’utiliser également.

La propriété de la dénomination sociale s’acquiert au moment de l’immatriculation de l’entreprise au RCS. Elle doit apparaître dans les statuts qui feront l’objet d’une publication dans un journal d’annonces légales puis de l’immatriculation de la société au Registre du Commerce et des Sociétés.

Choisissez votre marque

Pour distinguer vos produits et services, vous pouvez librement choisir un nom de marque. Elle devra cependant remplir certaines conditions.

Votre marque pourra prendre plusieurs formes :

  • Verbale (slogan, mot, lettre) ;
  • numérique (chiffres) ;
  • figurative (dessin, logo) ;
  • semi-figurative, en combinant l’aspect figuratif et l’aspect verbal / numérique.

Surtout, votre marque doit pouvoir être représentée par écrit. Ainsi, les marques sonores ne sont pas protégeables par le droit des marques à moins que les sons ne soient représentés par des notes de musique par exemple. Il en est de même pour les marques gustatives.

Votre marque doit également être distinctive, c’est-à-dire qu’elle doit différencier vos produits et services. Un signe trop descriptif n’est pas protégeable. Par exemple, la marque « magasin de meubles » n’est pas protégeable, car elle est trop descriptive.Pensez également à déposer un nom de marque qui soit compatible avec la langue des pays dans lesquels vous envisagez de déposer votre marque.

Enfin, la marque que vous choisissez devra être disponible. Pour vérifier cela, vous pouvez effectuer une recherche d’antériorité sur la base de données de l’INPI. Pour plus de garantie, l’organisme pourra faire une recherche de similarités » pour 50 euros.

Déposez votre marque

Lorsque vous déposez votre marque, vous avez deux options : vous pouvez soit la déposer en votre nom (si vous êtes micro-entrepreneur par exemple), soit la déposer au nom de votre entreprise. La deuxième option est à privilégier puisqu’elle permet de valoriser l’actif de votre entreprise.

Lors du dépôt de votre marque, vous devrez la protéger sous certaines « classes » qui correspondent à des catégories de produits ou de services. Par exemple, la classe 25 correspond aux vêtements. Certaines activités peuvent recouvrir plusieurs classes, vous devrez donc toutes les citer afin d’obtenir le monopole d’exploitation de votre marque.

La propriété de la marque s’acquiert après son examen par l’INPI. Il faudra compter 250 euros pour le dépôt papier ou 210 euros pour le dépôt électronique (tarif de l’INPI valable en 2017).

Enregistrez votre marque

Le dépôt est définitif lorsqu’il est publié au Bulletin Officiel de la Propriété Industrielle (BOPI) sous 6 semaines. Toute personne peut contester votre dépôt dans un délai de 2 mois. Dans le cas contraire, l’enregistrement du dépôt est publié automatiquement au BOPI dans un délai de 5 mois. À l’issue de cette procédure, vous recevrez le certificat d’enregistrement définitif de votre marque par l’INPI. L’enregistrement permet d’assurer la protection de la marque pendant 10 années renouvelables indéfiniment.

Une fois votre marque déposée, vous pouvez à n’importe quel moment effectuer une cession. Cette opération complexe requiert cependant l’aide d’un professionnel de la propriété industrielle.

Sans oublier…

  • De surveiller les dépôts des tiers afin de pouvoir vous opposer à une marque trop proche de la vôtre. Au-delà de 5 ans, vous ne pourrez plus exercer d’action en contrefaçon contre un concurrent ayant exploité une marque similaire ou identique.
  • D’exploiter votre marque afin de conserver votre monopole d’exploitation.

 

 

 

Fonctionnement de Google

Référencement

Tous les moteurs de recherche ont des robots qui crawlent surf le web à la recherche de nouvelles pages dans le but de les indexer pour permettre de les associer à une requête de recherche. Le référencement désigne cette pratique.

Googlebot

Il s'agit d'un robot d'indexation utilisé par Google afin de recenser les pages web existantes sur la toile.

Crawl

Lorsqu'un robot visite une page web et scan son contenu, on dit qu'il crawl la page. Une page ne peut pas être indexée si elle n'est jamais crawlé. Il faut donc qu'elle soit visible dans l'architecture du site ou dans le sitemap.

Sitemap

Un sitemap est un document XML contenant l'ensemble des URL d'un site web. On envoie ce sitemap dans Google Webmaster Tool pour s'assurer que le robot de Google n'ait rien manqué.

Robot.txt

Le robot.txt est un fichier TEXT qu'on met en ligne sur son serveur pour indiquer aux robots d'indexation quelles pages on préfère qu'il ne doive pas toucher.

Requête de recherche

Il s'agit d'un groupe de mot qu'on inscrit dans un moteur de recherche.

No Follow

Il s'agit d'un attribut qui peut être associé à un lien ou à une page. Lorsqu'associé à un lien, l'attribut indique au moteur de recherche de ne pas suivre le lien en question et de le priver de link juice. Lorsqu'appliquer à une page, l'attribut indique à Google de ne suivre aucun des liens présents sur la page en question.

No Index

Cet attribut peut seulement s'appliquer à une page. Il indique au moteur de recherche de ne pas indexer la page en question. Elle n'apparaîtra donc jamais dans les moteurs de recherche.

Link Juice

Imaginez que le chaque site web possède une quantité de liquide proportionnelle à la taille et à la notoriété du site en question. Ce liquide se transverse d'une page à l'autre à l'aide d'hyperliens. Plus une page a de liens sur sa page, plus le "jus" est dilué.  Le liquide se propage non seulement à l'intérieur d'un même site, mais traverse également de site en site. D'où l'importance d'avoir beaucoup de sites qui pointe sur le sien. Notez bien qu'avoir beaucoup de liens sur son site qui pointent vers d'autres sites n'est pas nécessairement une mauvaise chose.

Balises Meta

Il s'agit d'informations qu'on insère sur la page à propos de la page (d'où l'appellation meta). La plus populaire est la Meta-Description puisqu'elle indique à Google quoi mettre sous le titre dans les résultats de recherche.

Balise Title

Il s'agit du titre qu'on donne à la page. Cet élément est particulièrement important pour l'optimisation du référencement puisqu'il propose une belle occasion de dire à Google de quoi va parler le document en question! Cette balise s'écrit comme suit dans le code: <title>Titre de la page</title>.

Knowledge Graph

Il s'agit d'une base de connaissance utilisée par Google pour compiler les résultats de recherche. Il se sert principalement de Freebase, Wikipedia ou le World Factbook de la CIA. Il se sert également des informations qu'il trouve un peu partout sur le web.

Structured Data - Données Structurées

Il s'agit d'une façon de structurer ses données pour donner un peu de contexte aux robots. C'est avec les données structurées qu'un cinéma peut afficher son horaire ou qu'on peut montrer le classement d'un produit /5 avec des étoiles directement dans les résultats de recherche.

Le lingo du Référencement (naturel/payant)

SEM

SEM veut dire Search Engine Marketing. Il s'agit de la publicité dans les moteurs de recherche, principalement AdWords et Bing.

SEO

SEO veut dire Search Engine Optimisation. L'expression désigne l'action d'optimiser le référencement d'un site, soit on-page ou off-page.

On-Page SEO

Le On-Page SEO est l'optimisation des facteurs qui influencent le référencement d'un site web. On parle de la structure de liens, du texte, des URL et d'autres éléments. Vous pouvez la liste complète sur ce lien.

Off-Page SEO

Le Off-Page SEO désigne l'optimisation des facteurs externes à un site. On parle principalement des liens entrants.

SERP

SERP désigne Search Engine Result Page. L'expression "Être premier dans le SERP" veut donc dire être premier dans les résultats de recherche sur Google, Bing ou autres moteurs de recherche.

KeyWord Research

Il s'agit de l'action d'investiguer quelles sont les requêtes les plus populaires et les plus faciles à cibler sur Internet. Mes deux outils préférés pour faire ma recherche sont KeywordTool.io et Keyword Planner.

Keyword Stuffing

Le Keyword Stuffing représente l'action de mettre des mots clefs dans un texte dans le seul but de sortir dans les résultats de recherche pour le mot clef en question.

Cloaking

Le cloaking représente l'action de cacher du texte sur une page web (ex. en le mettant blanc sur un fond blanc) pour essayer de sortir dans les résultats de recherche pour ces mots clefs.

Duplication de contenu - Duplicate Content

Du contenu dupliqué, c'est lorsque deux pages sur le web (ou au sein d'un même site) présentent un contenu hautement similaire. Google n'indexe qu'une des deux versions de ce contenu. Vous pouvez indiquer à Google quelle version prendre à l'aide de la balise rel="canonical".

Les métriques du référencement naturel

Échelle Logarithmique

Dans le cadre qui nous intéresse, une échelle logarithmique représente un système de classement où il est plus difficile de passer de 2 à 3 que de passer de 1 à 2, et encore plus difficile que de passer de 0 à 1. Plus on monte, plus c'est difficile.

PageRank

Il s'agit d'une métrique officielle de Google qui note la notoriété d'un site sur une échelle logarithmique allant de 0 à 10. Cette métrique est toujours actuelle, quoiqu'elle ne soit plus mises à jour publiquement depuis novembre 2013. Google se sert de cet indice pour influencer ses résultats de recherche.

Domain Authority

Domain Authority est une métrique inventée par Moz. En se basant sur un ensemble de facteurs, Moz attribue un score sur une échelle logarithmique allant de 0 à 100. Ce score prédit la facilité avec laquelle un nom de domaine pourra se démarquer dans les résultats de recherche.

Page Authority

Il s'agit d'une métrique inventée par Moz qui attribue un score sur une échelle logarithmique allant de 0 à 100. Ce score est propre à une page, et non à un domaine. Il prédit la facilité avec laquelle la page en question pourra se démarquer dans les résultats de recherche.

Les noms de domaines et types de redirections

Nom de Domaine

Un nom de domaine est séparé en 3 parties. Il y a le domaine de premier niveau  aussi appelé TLD, de deuxième niveau, puis le sous-domaine. Un nom de domaine sert en fait de masque à une adresse IP. www.OlivierLambert.ca est plus facile à mémoriser que 65.254.248.73 (mon adresse IP).

TLD

TLD veut dire Top Level Domain. Il s'agit de l'extension .ca, .com, .fr et autres se trouvant à la fin d'une URL.

Nom de Domaine de Deuxième Niveau

Le nom de domaine de deuxième niveau est ce qui vient tout juste avant le TLD. Dans mon cas, il s'agit de "olivierlambert".

Sous Domaine

Le sous domaine représente ce qui vient tout de suite après le "http://" dans une URL. Dans le cas de mon site web, il s'agit de "www". Il s'agit principalement d'une façon d'identifier le répertoire où le site est présent sur le serveur. Un sous domaine est non obligatoire.

Erreur 404

Lorsqu'on effectue une requête à un serveur et que le serveur est incapable de trouver la page demandée, il envoie une erreur 404. Ce code indique aux moteurs de recherche que la page n'existe plus. Si la page en question possédait des liens entrants, elle ne serait pas en mesure de transmettre le link juice au reste du domaine.

Erreur 500

Une erreur 500 apparaît lorsque le navigateur (chrome, safari, etc) envoie une requête à un serveur, mais que le serveur ne répond pas.

Redirection 301

Une redirection 301 sert à rediriger le navigateur vers une nouvelle page. 301 veut dire que la page a été déplacée de façon permanente. On s'en sert souvent pour récupérer le link juice des pages inexistantes sur le site (erreur 404). La redirection 301 est mise en cache. Si vous changez d'URL entre deux visites, il se peut donc que la personne n'aboutisse pas sur votre nouvelle page.

Redirection 302

La redirection 302 sert à rediriger le navigateur vers une nouvelle page. 302 veut dire que la page a été déplacée de façon temporaire. On s'en sert souvent pour faire des URL courtes. Exemple "/promo" peut rediriger vers "/promo/boxing-day.html?utm=...". Contrairement à une redirection 301, les redirections 302 ne sont pas mises en cache. Vous pouvez donc changer la page de destination à tout moment.

Les mises à jour de l'algorythme

Panda

Introduit en 2011, il s'agit d'une mise à jour de l'algorithme de Google visant à prévenir les sites ayant du contenu de faible qualité d'entrer dans les résultats de recherche.

Hummingbird

Introduit en 2013, il s'agit d'une mise à jour de l'algorithme de Google qui améliore la façon dont le moteur de recherche traite les requêtes pour mieux reconnaître les verbes et questions communes. Hummingbird essaie de comprendre l'intention de recherche, et non seulement les mots utilisés.

Penguin

Introduit en 2012, il s'agit d'une mise à jour de l'algorithme de Google qui vise à réduire le positionnement des sites web qui violent le code de conduite de Google. On parle de Keyword Stuffing, de Cloaking et de duplication de contenu.

Pirate

Il s'agit d'une mise à jour Google introduite en 2012 qui vise à prévenir les sites web enfreignant les droits d'usages d'apparaître dans les résultats de recherche.

Pigeon

Lancé en 2014, Pigeon est une mise à jour de l'algorithme de Google visant à augmenter la qualité des résultats selon la position de la personne. Si vous cherchez "Restaurant italien" à Montréal, vous n'aurez pas les mêmes résultats que si vous faites la même recherche tout en vous trouvant à Québec.

Payday Loan

Cette mise à jour vise à combattre le spam en s'intéressant aux requêtes jugé "spammy" comme [payday loans], [casinos] et [viagra]. La mise a jour tente également de juger s'il s'agit d'un site de spam ou non.

Authorship

Il s'agit d'une technologie que Google utilise pour tenter de relier le contenu web à un individu en particulier. De cette façon, l'article en question est favorisé (ou pénalisé) par non seulement le domaine, mais également l'auteur.

Qu’est-ce qui rend l’emailing si important pour votre activité ?

Qu'est-ce qui rend l'emailing si important pour votre activité ?

Sur Internet, 90% de vos ventes viendront de votre mailing liste. En effet, l’emailing est tout simplement l’ingrédient-clé pour passer de la visibilité à la vente ! 

 

« THE MONEY IS ON THE LIST. »

Comme disent nos amis américains, les inscrits à votre mailing liste sont les personnes qui ont montré un intérêt plus profond dans votre activité. Votre mission est donc de les traiter avec soin !

Et si vous y arrivez, en transformant votre visiteur en prospect, puis votre prospect en client, l’emailing vous mènera tout naturellement jusqu’à la vente !

Je vous explique pourquoi !

 

 

Qu’est-ce qui rend l’emailing si important pour votre activité ?

 

1. Pour capter les données de vos visiteurs

 

Vos visiteurs viennent de vous découvrir au travers de votre site. Selon vous, sont-ils prêts à acheter vos services dans l’immédiat ?

Malheureusement non ! Dans la plupart des cas, ils vont sans doute trouver votre site super, lire un ou deux de vos articles de blog puis repartir… Et c’est fini ! Il y a malheureusement de fortes chances qu’ils ne reviennent jamais ! En général, 80% des visiteurs d’un site ne reviennent plus jamais. Car, même s’ils ont pu y lire des choses intéressantes ou apprécier votre design, ils finiront par vous oublier !

Vous avez donc besoin de capter leurs emails pour garder la relation avec eux.

 

2. Parce que vous ne pouvez PAS vendre du premier coup !

 

Après une première découverte de votre site, vos visiteurs ont besoin d’en savoir plus sur vous, votre activité et votre expertise avant d’acheter quoi que ce soit. Bref, vous avez besoin de gagner leur confiance !

L’objectif de vos emailings est donc d’apporter de la valeur pour votre lecteur, le meilleur contenu possible, afin de le convaincre que vous pouvez apporter une solution à son problème ! Bref,que vous êtes LA bonne personne !

Certains de clients mettront sans doute 3 mois, 6 mois, voire 1 an pour se décider. Alors, vous devez à tout prix maintenir le contact pour qu’ils pensent à vous à ce moment là. Comment ? Par l’emailing !

 

3. Parce que le mail est utilisé par TOUS.

 

Combien de vos amis utilisent les réseaux sociaux tous les jours ? Si vous êtes sincère, peu, non ?

Comment croyez-vous que vous puissiez arriver à toucher les personnes qui n’utilisent pas les réseaux sociaux de manière intensive, et qui n’ont même pas la moindre idée que ce que signifie l’acronyme RSS et encore moins comment marche Twitter ?
Vous avez deviné : par mail.

Le mail est la clé pour accéder tout d’abord à tous ceux qui ne sont pas à la pointe sur la question des réseaux sociaux. Mais le mail sera également crucial pour tous ceux qui les utilisent (s’ils utilisent les réseaux sociaux, ils utilisent aussi le mail !).

Le mail est utilisé par TOUS. Même ceux qui sont un peu « technophobes » normalement s’entendent bien avec le mail ;)

 

4. Parce que c’est chez vous et chez eux !

 

Si, malheureusement, un jour Google vous déclasse dans ses résultats de recherche, qu’est ce que vous pourrez y faire ? Pleurer et encore pleurer ! Avec une liste de mails, vous aurez un actif par où recommencer. Et si votre liste est très grande et très bonne, vous pourrez même vous permettre le luxe de vivre sans le trafic de Google ! En tant qu’entrepreneur, sachez rester indépendant. ;)

Le mail est plus intime et familier : au delà de la technologie qu’il y a derrière, il signifie encore pour beaucoup recevoir une lettre envoyée par un autre être humain. Cela vous permettra de créer une connexion plus profonde et plus personnelle avec votre visiteur (si vous vous en servez bien !).

 

NB : Pour cela, personnalisez le plus possible vos emails :
En mettant votre prénom et nom comme expéditeur (du type Anne-Sophie de BeinWeb ou Anne-Sophie Durand, plutôt que BeinWeb), votre propre adresse comme adresse de réponse (et non pas un email de type contact@presse-citron.fr), en signant vos emails…Vous donnerez la sensation à votre lecteur qu’il y a vraiment quelqu’un derrière l’emailing que vous lui envoyez !

 

5. L’email marketing ne signifie pas manipuler !

 

Présenter plus directement votre offre, ne signifie pas manipuler. Aider un segment de la population à résoudre des problèmes est quelque chose de positif. Comprendre les besoins d’un groupe et y apporter des réponses a un nom : le marketing.

Le marketing a changé, le consommateur est aujourd’hui plus malin, versatile et informé : les marques ne peuvent plus leur vendre n’importe quoi. Et c’est tant mieux. Par vos emailings, vous informez juste vos inscrits de l’offre que vous proposez. A eux de voir ensuite si elle peut résoudre l’un de leurs problèmes.
Si vous n’aimez pas vendre, ne le faites pas. Mais présentez quand même votre offre, du type « A prendre ou à laisser. » ;)

 

Vous avez un problème avec l’idée de demander de l’argent à vos inscrits ?

Si oui, n’accusez pas l’email marketing ! Vous devez résoudre votre dilemme avec l’argent avant de continuer d’avancer dans votre projet. Pour nous, et tous les autres consultants, coachs, et beaucoup d’autres professionnels dans les services, dédier des heures de notre temps à faire progresser d’autres personnes pour qu’elles arrivent à leur but et résolvent leurs problèmes est un service qui se facture.

Bref, où est le problème ? ;)

 
Nous venons de décennies de publicités intrusives, non ciblées et dérangeantes. Et surtout, quasi-permanente : tous les jours dans tous les espaces publics (dans la rue, centres commerciaux, cinémas etc.) et privés, dans votre propre maison (radio, télé, internet)…

L’email marketing est, au contraire, une technique de marketing pour laquelle votre visiteur vous a donné son accord. Basée sur la livraison à domicile de contenus de valeur ! Si ces emailings sont envoyés de manière ponctuelle, avec un contenu 100% pertinent pour son lecteur, encore une fois où est le problème ?

CONFÉRENCE GRATUITE LE 28 SEPTEMBRE - MARKETING NUMÉRIQUE : LES PME MISES AU PARFUM

PAR PATRICE DONZELOT 0 COMMENTAIRE
Inon Beydha

Les grandes firmes ne sont pas les seules à devoir tirer profit de l’ère numérique pour vendre leurs produits et services.

Les Petites et Moyennes entreprises (PME) sont elles aussi appelées à se tourner vers le marketing numérique. Mais selon Saheed Thupsee, président de l’organisation non gouvernementale Aaleemee Society, de nombreux petits entrepreneurs n’ont pas les ressources nécessaires pour assurer leur formation aux dernières technologies pour le marketing et la vente en ligne.

C’est la raison pour laquelle l’Aaleemee Society organise une conférence sur le marketing numérique et l’entrepreneuriat. Cette réunion, qui se tiendra le jeudi 28 septembre au restaurant Flying Dodo à Bagatelle, sera animée par Inon Beydha. Cette Indonésienne est spécialisée dans le marketing en ligne notamment destiné aux PME. Elle a été conférencière dans des séminaires équivalents dans de nombreux pays dont l’Australie, les États-Unis, l’Égypte, la Turquie, le Japon, le Vietnam, le Cambodge, Singapour et la Malaisie.

« Nous ciblons les petits entrepreneurs qui n’ont pas les moyens de suivre une formation en marketing numérique. Il s’agit particulièrement de dirigeants de PME dans le secteur de l’artisanat, comme celles qui fabriquent des souvenirs pour les touristes. Ces micro-entreprises n’ont pas de notions de marketing en ligne. C’est pourquoi nous invitons ceux qui ont besoin d’aide pour accroître  leur visibilité en ligne à participer à cette conférence », lance Saheed Thupsee. L’entrée est gratuite mais le nombre de places est limité. Les enregistrements sont ouverts jusqu’au 6 septembre prochain.

 

L’impact du digital sur la formation professionnelle

Thomas Coëffé, le 17 juillet 2017

Les outils et méthodes du digital impactent de nombreux secteurs, dont celui de la formation. Les apprentis disposent de services innovants pour acquérir de nouvelles compétences et les formateurs ont accès à des outils avancés pour faciliter la transmission des compétences. Pour en savoir plus sur ces évolutions, nous avons rencontré Dai Shen, Directeur général de Demos, un organisme spécialisé dans la formation professionnelle.

Des outils innovants pour les apprentis et les formateurs

Pour Dai Shen, le digital a véritablement “transformé” les formations : “les internautes sont de plus en plus demandeurs et habitués aux nouvelles méthodes d’apprentissage. Ils consultent de nouveaux médias, notamment via les réseaux sociaux, et accèdent à une information de plus en plus fragmentée, moins centralisée qu’auparavant. La formation s’est adaptée en proposant des séquences fragmentées d’apprentissage”. Le digital a également un impact sur les outils, de plus en plus innovants, à la disposition des formateurs : “les nouvelles technologies leur permettent d’animer plus facilement les formations et proposer des présentations dynamiques aux apprenants. Le numérique facilite aussi les échanges entre les formateurs et les apprentis. La digitalisation de la formation est bilatérale”.

Les évolutions technologiques permettent aussi aux apprentis d’acquérir des compétences plus facilement : “la réalité virtuelle apporte beaucoup. Par exemple, pour apprendre à éteindre un incendie, nous n’avons plus besoin d’allumer un feu. Il suffit de simuler cette situation en réalité virtuelle ou augmentée pour acquérir cette compétence. On limite également les risques. Sur un tout autre sujet, la reconnaissance vocale et les correcteurs de prononciation et de syntaxe améliorent l’expérience de celui qui souhaite apprendre une langue étrangère”.

Des outils adaptés aux nouveaux usages

Dai Shen insiste sur le rôle croissant du mobile : “les outils sont accessibles depuis un smartphone, on peut emmener ses formations avec soi et améliorer ses compétences quand bon nous semble. Quelques minutes suffisent pour apprendre une nouvelle compétence ou évaluer l’acquisition des savoirs. On mesure d’ailleurs une hausse significative de l’usage de nos applications entre 18h30 et 19h30 en région parisienne, quand les salariés rentrent chez eux dans les transports en commun”.

Les outils mobiles complètent parfois des contenus disponibles sur desktop. “Ainsi, des spécialistes de la finance peuvent accéder à de l’information sur le secteur de la banque/assurance depuis leur desktop, en temps réel (nouvelle loi de finance, nouvelles règles en vigueur…) ; et utiliser leur smartphone dans un second temps pour vérifier leurs connaissances ou préparer une certification de l’Autorité des Marchés Financiers”.

Des formations complémentaires en présentiel

Si les outils web et mobiles permettent aux personnes de se former où bon leur semble, on peut se poser la question de l’intérêt des formations en présentiel. Pour Dai Shen, le digital ne les menace pas, les deux types de formations vont continuer à cohabiter : “La formation distancielle est utilisée pour l’acquisition des connaissances, l’apprentissage de fiches techniques et informationnelles dans des conditions facilitées. Le Canada a été précurseur dans ce domaine, car les distances sont longues et les conditions météorologiques parfois compliquées. Le présentiel n’a pas disparu pour autant, notamment pour le développement personnel et la communication. La réalité virtuelle ou augmentée n’est pas aussi efficace que la rencontre entre les personnes dans ce domaine. Aussi, il convient de rappeler que les apprentis accèdent à des formations pour trois raisons : l’acquisition de savoirs, la certification des compétences et l’entretien du réseau professionnel. Le networking est un aspect essentiel, facilité par les formations en présentiel.

Pour répondre aux différents besoins, Demos propose une offre flexible, NExT by Demos, une véritable expérience blended ou 100 % digitale avec un coaching personnalisé tout au long du parcours. NExT by Demos est la réponse adaptée pour aider les apprenants et les entreprises à optimiser leur gestion de la formation et améliorer l’efficacité de l’apprentissage”.

Quel avenir pour la formation ?

Selon Dai Shen, la formation va continuer à évoluer dans les prochaines années.

“La formation couvre aujourd’hui parfaitement les parties technique et informationnelle, elle va s’étendre à l’intelligence émotionnelle. Les sociétés qui fonctionnent bien sont celles dont les salariés collaborent efficacement. À côté des compétences techniques, l’intelligence émotionnelle, la communication et le management sont primordiaux, dans un contexte multiculturel et multi-générationnel.

La technologie va permettre de simuler de plus en plus de contextes professionnels pour faciliter la formation, grâce à la réalité virtuelle ou augmentée. L’immersion linguistique est essentielle pour apprendre une nouvelle langue, la réalité virtuelle permettra d’être plongé directement à l’étranger, sans se déplacer. L’international est amené à se développer de plus en plus car les échanges avec des contacts étrangers sont de plus en plus fréquents.

Enfin, nous remarquons que les carrières s’allongent et sont de moins en moins linéaires. Les rotations sectorielles sont nombreuses, les professionnels ont besoin d’apprendre en permanence. Le digital facilite l’accès à la formation et améliore leur efficacité.

 

Transformation digital #5 - 5 bonnes pratiques du digital marketing

par Nicolas ROUSSEL | 11 Aug, 2017

bonnes pratiques du digital marketing | I and YOO agence digitale Paris

Choisir d’effectuer sa transition vers le digital ou optimiser sa stratégie marketing n’est pas facile. Pour améliorer sa visibilité ou son taux de conversion cela demande du temps, de la réflexion et de la créativité. Adopter les bonnes pratiques du digital marketing dès le début est indispensable pour atteindre ses objectifs et voir ses efforts récompensés. Aujourd’hui je vais donc vous donner 5 conseils pour maximiser votre retour sur investissement.

Vous avez envie d'en savoir plus sur le marketing digital et découvrir comment l'inbound marketing peut vous aider à atteindre vos objectifs ? Téléchargez notre guide "Devenez un pro de l'inbond marketing" >> Je télécharge le guide


1) Etre en apprentissage constant

Le marketing digital et les habitudes des consommateurs sont en constante évolution. Ainsi, pour garder une stratégie efficace et être au courant des dernières pratiques, il est très important de mettre en place une veille marketing digitale grâce aux réseaux sociaux ou à des outils comme Feedly par exemple.

De plus il peut s’avérer intéressant de pratiquer le Benchmarking qui implique d’analyser ses concurrents dans le but de s’inspirer, d’améliorer sa stratégie marketing et d’augmenter l’efficacité de son entreprise.

 

2) Utiliser le SEO

Chaque année l’algorithme de Google connait environ 1000 modifications. De plus, aujourd’hui, les consommateurs utilisent internet pour prendre de l’information sur tout type de sujet.

Ainsi être alerte au sujet des pratiques SEO, des mises à jour des algorithmes des moteurs de recherches et de tout ce que cela implique pour votre business est primordial pour maintenir votre image en ligne.

 

3) Utiliser les bons canaux de diffusion

Pour avoir une stratégie digitale pertinente et efficace, il faut faire attention à utiliser les bons canaux de diffusion afin d’atteindre sa cible. En effet, chaque groupe de consommateurs possède ses propres habitudes et réseaux favoris en ce qui concerne le digital.

Vous devez donc procéder à des études sur votre cible pour personnaliser au maximum votre stratégie.

 

4) Utiliser l’A/B testing

Le marketing digital est complexe et il est courant de faire des erreurs lorsque l’on met sa stratégie en place. C’est pourquoi je vous recommande de pratiquer l’A/B testing, c’est-à-dire le test de plusieurs variations de formulations, de design pour vos Call-To-Action, landing page afin de les rendre les plus efficaces possible.

Si vous constatez un problème, ne changez pas tout ! Prenez le temps de faire des essais sur chaque élément, un à un, pour trouver la meilleure combinaison.

5) Mobile First

Enfin, depuis 2016, le mobile tend à détrôner l’ordinateur concernant l’utilisation d’internet.

Il n’est donc plus optionnel pour tous les acteurs du digital d’être attentif à ces changements et de s’adapter en proposant du contenu « mobile friendly ».

Vous devez donc vous assurer que votre site internet est optimisé pour les mobiles, que votre contenu est adapté à une consommation via mobile ou encore, suivant votre activité, songer à créer une application pour téléphone.

 

6) Les bonnes pratiques du digital marketing : conclusion

Mettre en place une stratégie digitale et la mener vers le succès est une route semée d'embûches. Il n'y a pas de certitudes mais de bonnes pratiques à adopter. La première bonne pratique me semble être la plus importante : être en apprentissage constant. Mais j'en ajouterais une autre que nous n'avons pas cité : être toujours attentif aux besoins clients. Et cette règle se vérifie en marketing digital comme en inbound marketing et en marketing traditionnel.

 

 

LE SOCIAL LISTENING

Comment devenir une marque data driven ?

Expression anglo-saxonne désignant l’activité d’écoute (d’une entreprise ou d’une marque le plus souvent) des internautes présents sur les médias sociaux (sites de micro-blogging, forums, réseaux sociaux numériques…). Pratiquant ainsi, le marketing ne fait que décliner sa démarche intrinsèque aux vecteurs de communications numériques.

Le social listening concerne principalement l’écoute des propos concernant directement ou indirectement la marque. Mais pas seulement, car il peut être également profitable à la marque pour identifier par exemple des tendances de consommation que des études marketing conventionnelles n’auraient pas encore révélées. Les effets volume d’information et rapidité de diffusion et vitesse de circulation sont toutefois plus difficiles à maîtriser, le Web et les autres réseaux numériques véhiculant des millions d’informations nouvelles chaque jour. C’est pourquoi si l’écoute est l’étape première du social listening, l’essentiel de l’activité consiste à extraire l’information utile de la masse de bruits inutiles dans le but de qualifier les éléments pertinents, puis d’exploiter ces éléments au profit de la marque. L’idéal est de pouvoir mener la séquence « écoute-discernement-qualification-exploitation » dans un lapse de temps le plus proche possible du temps réel. La qualité de la réaction de la marque tient autant à sa rapidité qu’à son contenu.

"Le social listening" aide à comprendre plus clairement ce qui se passe avec vos clients et vos concurrents. Il est donc un élément essentiel permettant d'être  à l'écoute de votre marché.